S E M A I N E  D E S  É D U C A T E U R S ·R I C E ·S  S P É C I A L I S É ·E ·S  >>

English
Menu

Actualité

Construction d’un laboratoire serveur en Montérégie | Le gouvernement fait la sourde oreille

03 juillet 2023

Image Construction d’un laboratoire serveur en Montérégie | Le gouvernement fait la sourde oreille

Saint-Bruno-de-Montarville – L’exécutif local de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) de la Montérégie-Centre est stupéfait que le gouvernement garde le pied sur l’accélérateur pour la construction du laboratoire serveur à Saint-Bruno-de-Montarville, qui aura pour mission d’effectuer les analyses de prélèvements provenant de l’ensemble des établissements de santé de la Montérégie. Pourtant, l’annonce de l’attribution du contrat a eu lieu au mois de février alors que les effets néfastes de la centralisation des laboratoires défrayaient les manchettes.

Récemment, le gouvernement a organisé une consultation de l’ensemble des parties prenantes pour discuter de l’avenir des laboratoires de biologie médicale au Québec. Plusieurs organisations ont profité de l’occasion pour réclamer une décentralisation des laboratoires, en opposition directe avec les orientations du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Depuis, des centaines de membres de l’APTS ont signé une pétition pour exiger un moratoire sur la construction du laboratoire serveur de Saint-Bruno-de-Montarville, qui a été remise au conseil d’administration du CISSS de la Montérégie-Centre. Des médecins sont aussi intervenus pour demander la même chose. « Malgré tous nos avertissements, le gouvernement s’entête. Son acharnement à poursuivre la construction de ce laboratoire serveur est illogique et inacceptable. Pour être en mesure d’offrir des services publics de proximité et de qualité à la population, il faut écouter l’avis des gens sur le terrain et cesser de gérer le réseau de la santé et des services sociaux avec des tableaux de bord », s’exclame Michaël Rocheleau, représentant national de l’APTS en Montérégie-Centre.

Concrètement, le syndicat estime que le traitement des analyses sera plus long en raison des temps de déplacement des prélèvements et des manipulations supplémentaires pour les acheminer jusqu’au lieu d’analyse puisque le territoire desservi par ce laboratoire serveur s’étendra de Sorel à Châteauguay.

L’APTS tient à rappeler que les diplômé·e·s en technologie d’analyses biomédicales effectuent une multitude de tâches techniques et précises afin de permettre d’établir le diagnostic des maladies ainsi que d’assurer un suivi adéquat des patient·e·s et de leur traitement. Quand vient le temps d’effectuer des prélèvements, de préparer des tests et d’analyser des échantillons, les médecins se basent sur leur expertise pour poser un diagnostic juste et procéder à des interventions chirurgicales sans compromettre la santé de leurs patient·e·s.

« Les diplômé·e·s en technologie d’analyses biomédicales font bien plus que juste « peser sur des pitons ». Il faut valoriser leur travail et leur offrir un environnement stimulant », conclut M. Rocheleau.

À propos de l’APTS

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) regroupe et représente quelque 65 000 membres qui jouent un rôle indispensable au bon fonctionnement des établissements du réseau, dont 2 600 au CISSS de la Montérégie-Centre. Nos gens offrent une multitude de services en matière de diagnostic, de réadaptation, de nutrition, d’intervention psychosociale et de soutien clinique et de prévention, autant de services qui s’adressent à l’ensemble de la population.

Nous utilisons des fichiers témoins (cookies) pour améliorer votre expérience de navigation. Vous pouvez refuser les cookies en modifiant les paramètres de votre navigateur web en tout temps. Des informations complémentaires se trouvent dans notre politique sur la protection des données personnelles.

J’accepte