M O I S  D E  L ' O U Ï E  E T  D E  L A  C O M M U N I C A T I O N  >>

English
Menu

L'avenir des laboratoires

 



ÉVÉNEMENT EN AVANT POUR L'AVENIR DES LABORATOIRES

Sous le thème En avant pour l’avenir des laboratoires, l’APTS a tenu une journée de réflexion d’envergure nationale rassemblant des partenaires de tous horizons le 6 mai dernier.

L’objectif ? Réunir les actrices et partenaires du réseau de la santé et des services sociaux pour faire le point sur les enjeux auxquels sont confrontés les laboratoires de biologie médicale, susciter des réflexions collectives et proposer des solutions concrètes pour l’avenir de ces services.

Une vision globale pour des solutions concrètes
Cet événement se veut une suite de la tournée APTS des laboratoires qui s'est déroulée de l'été 2022 à l'été 2023. L’APTS estime maintenant nécessaire de réunir les acteurs de tous horizons pour convenir de solutions innovantes pour nos laboratoires. Fédérations et associations médicales, représentant·e·s du réseau collégial, regroupements d’usager·ère·s, ordres professionnels, organisations syndicales et autres partenaires se joindront ainsi aux représentant·e·s de l’APTS dans les laboratoires pour notamment échanger sur la pénurie de personnel, les impacts de la centralisation et l’accessibilité des services offerts à la population. Valorisation de la profession, organisation du travail et allègements administratifs : tout doit être sur la table pour réfléchir à l’avenir des services de laboratoire.

Vox pop en direct de l'événement  

L'enjeu le plus préoccupant dans les laboratoires

Comment envisager l'avenir des laboratoires

Pour quoi êtes-vous présent·e à l'événement?

Album photo

Photo caroussel - L'avenir des laboratoires
Photo caroussel - L'avenir des laboratoires
Photo caroussel - L'avenir des laboratoires
Photo caroussel - L'avenir des laboratoires
Photo caroussel - L'avenir des laboratoires
Photo caroussel - L'avenir des laboratoires
Photo caroussel - L'avenir des laboratoires
Photo caroussel - L'avenir des laboratoires

Retour sur la tournée des laboratoires

Depuis 18 mois, l’APTS est allée à la rencontre de ses membres dans les laboratoires du réseau public, partout au Québec, pour les sonder sur les enjeux vécus au quotidien et établir un état des lieux. De grands constats émergent de cette tournée:
• Les laboratoires reposent sur du personnel passionné et détenant une expertise irremplaçable, mais qui s’inquiète de l’avenir de ses professions alors que le recrutement de la relève est difficile, autant au niveau du réseau public que de celui des cohortes pour la formation collégiale.
• La pénurie de personnel cause une pression importante pour les personnes en poste, trop peu nombreuses, qui doivent composer avec une surcharge de travail intenable afin d’éviter la multiplication des bris de services.
• La centralisation des laboratoires mise en œuvre par la réforme OPTILAB nuit à la capacité du réseau d’offrir un service rapide, de qualité et de proximité.
• Le partage des actes entre les différents titres d’emploi dans les laboratoires cause des problèmes pour la reconnaissance de l’expertise des personnes technologistes médicales et techniciennes de laboratoire diplômées, qui doit être plus valorisée.

Horaire de la journée | 6 MAI

 Journée de réflexion sur l'avenir des laboratoires 

Lieu : Centre des congrès de Québec

7h30 - 8h30  Accueil des participant·e·s

8h30 – 9h  Allocutions d’ouverture: 

• Robert Comeau — président de l’APTS
• Sandra Etienne — vice-présidente de l’APTS et technologiste médicale

9h - 10 h  Atelier : main-d’œuvre en laboratoire — pénurie et expertise

10h - 10h30  Pause réseautage

10h30 - 12 h Suite de l’atelier : main-d’œuvre en laboratoire — pénurie et expertise

12h - 13 h  Dîner

13h - 15 h  Panel : modèle unique de gestion — les défis et les impacts de la centralisation des laboratoires

Modératrice : Myriam Lavoie-Moore, professeure adjointe du département de communication sociale de l’Université Saint-Paul

Panélistes :

• Dre Anne-Louise Boucher — directrice de la planification et du développement organisationnel de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec
• Dre Badia Issa-Chergui — présidente de l’Association des pathologistes du Québec
Sandra Etienne — vice-présidente de l’APTS et technologiste médicale

15h - 15h30  Pause réseautage

15h30 - 15h40  Retour sur l’atelier (synthèse)

15h40 - 16h30  Les solutions pour l’avenir : vers une déclaration commune

16h30 - 16h40  Synthèse de la journée

16h40 - 17 h  Mot de clôture

VERSION TÉLÉCHARGEABLE

L’APTS et les laboratoires: ce qu'il faut savoir

Qui sont les personnes salariées représentées par l’APTS et comment s’organise la représentation syndicale dans le cadre la démarche OPTILAB ?

À l’APTS, nous représentons plus de 95 % des personnes salarié·e·s de la catégorie 4 (personnel professionnel et technique du réseau de la santé et des services sociaux) qui se répartissent en 16 titres d’emploi dans les laboratoires. La majorité de ces personnes sont diplômé·e·s de technologie d’analyses biomédicales (DEC TAB).Nous représentons 11 des 12 grappes de services OPTILAB, seule la grappe Montréal – CHU Sainte-Justine n’étant pas représentée par l’APTS.

Comme certaines grappes de services couvrent plus d’une région, à des fins d’accréditation syndicale, nous avons dû créer des bulles afin de représenter les personnes salariées de la catégorie 4 qui travaillent dans une grappe donnée et qui relèvent d’un autre établissement que le leur au sein de cette grappe. Ainsi, l’APTS représente les cinq bulles suivantes : Gaspésie, Côte-Nord, Abitibi-Témiscamingue, Lanaudière, Laurentides.

Comment l’APTS s’est-elle positionnée par rapport à la démarche OPTILAB ?

La démarche OPTILAB a été lancée officiellement en septembre 2016, mais le gouvernement travaillait à ce projet depuis 2011. L’APTS a ainsi porté la voix de ses membres en exprimant leurs inquiétudes et en demandant de participer aux travaux dès 2011.

Devant l’opacité du MSSS, l’APTS a mis en place une vigie continue en demeurant en contact étroit avec ses équipes et ses membres sur le terrain. Cela nous a permis de bien comprendre la façon dont était perçue et annoncée la démarche OPTILAB, et aussi de mieux saisir les problèmes émergents et les risques potentiels.

Dès le lancement de la démarche en 2016, et de façon soutenue par la suite, l’APTS a multiplié les actions et les rencontres avec le MSSS et les autres acteurs concernés afin de dénoncer les impacts négatifs du projet. Bon nombre de craintes ont été énoncées et l’APTS a toujours tendu la main au MSSS pour faire partie de la solution.

En 2022, constatant la détérioration des conditions de pratique et de travail de ses membres, l’APTS a amorcé une tournée sur le terrain afin de prendre le pouls de tous les laboratoires qu’elle représente. Cette tournée a donné lieu à une intensification des dénonciations publiques, car on voyait maintenant la concrétisation des risques potentiels que l’APTS avait identifiés dès le départ.

L’accélération des travaux de déploiement d’OPTILAB en 2023 a mis en lumière les impacts négatifs concrets pour la population. Cela a provoqué une prise de parole de plusieurs acteurs qui ont joint leur voix à la nôtre, dont plusieurs associations médicales.

L’APTS a profité de ce momentum pour réitérer ses solutions. Nous avons notamment contribué à une journée de consultation ministérielle sur les laboratoires, le 28 avril 2023, et fait parvenir un mémoire sur OPTILAB et l’avenir des laboratoires au MSSS ainsi qu’à l’ensemble des partenaires présents à cette journée.

À la suite de la tournée de 2022 et forte des constats partagés par ses membres dans les laboratoires partout au Québec, l’APTS a pris la décision d’organiser une journée de réflexion sur l’avenir des laboratoires pour poursuivre les échanges avec des acteurs de différents horizons. Cet événement aura lieu le 6 mai prochain au Centre des congrès de Québec sous le thème En avant pour l’avenir des laboratoires.

Quels sont les objectifs de l’APTS pour les laboratoires ?

Réduire tous les impacts négatifs du déploiement d’OPTILAB sur les membres de l’APTS et sur la population du Québec;

Lutter contre la pénurie de main-d’œuvre et la surcharge de travail en proposant des solutions concrètes;

Valoriser et faire connaitre les professions du personnel de la catégorie 4 qui travaille dans les laboratoires, auprès de la population et chez nos membres œuvrant dans d’autres milieux.

Quelle est la position de l’APTS à l’égard des différents titres d’emploi qui font des actes relevant normalement du personnel diplômé en technologie d’analyses biomédicales (TAB) ?

L’APTS considère que le fait de confier des actes relevant du personnel diplômé en technologie d’analyses biomédicales à d’autres titres d’emploi, et notamment aux technicien·ne·s de classe B, est une mesure qui n’est pas viable et ne peut être maintenue à long terme. Cette pratique contribue à la dévalorisation de la profession, pouvant même compromettre son avenir, et comporte un risque pour la protection du public en diminuant la qualité des actes réalisés.

L’APTS considère que chaque profession a sa place, mais de façon complémentaire et non interchangeable. De ce fait, l’APTS appelle le MSSS et les directions des grappes OPTILAB à faire preuve d’une grande prudence à l’égard de telles pratiques en précisant clairement la liste des tâches octroyées aux différents titres d’emploi qui travaillent en laboratoire.

Quelles sont les solutions proposées par l’APTS ?

Les diverses solutions proposées par l’APTS  sont expliquées en détail dans le mémoire qu’elle a déposé à la suite de la journée de réflexion ministérielle du 28 avril 2023. Consulter le mémoire

Attraction et rétention du personnel de la catégorie 4

Rendre les postes dans les laboratoires associés plus attirants en préservant une diversité de tâches relevant de l’expertise du personnel diplômé en technologie d’analyses biomédicales, notamment en dirigeant un plus grand nombre d’analyses vers ces laboratoires;

Favoriser l’aménagement du temps de travail conventionné, par exemple en autorisant les congés différés et sans solde;

Diminuer la surcharge de travail en laboratoire, notamment en maintenant des effectifs qualifiés suffisants pour assurer le bon fonctionnement du laboratoire et le remplacement du personnel en place;

Prévoir dès la planification de la main-d’œuvre que la formation et l’encadrement des stagiaires sera assumée par des personnes qui se consacreront à ce mandat et qui seront libérées de leurs tâches régulières pour ce faire;

Mettre en place des mesures d’attraction et de rétention du personnel diplômé en technologie d’analyses biomédicales, parmi lesquelles doit figurer l’élargissement des programmes de bourses pour y inclure les diplômé·e·s en technologie d’analyses biomédicales (DEC TAB);

Reconnaître l’importance des plateaux techniques dans le cadre du Plan santé et du projet de loi 15.

Décentralisation

Rendre les postes dans les laboratoires associés plus attirants en préservant une diversité de tâches relevant de l’expertise du personnel diplômé en technologie d’analyses biomédicales, notamment en dirigeant un plus grand nombre d’analyses vers ces laboratoires;

Demander à la direction de chaque grappe (ou au MSSS) la démonstration concrète et chiffrée du gain d’efficience du transfert de chaque type d’analyse au laboratoire serveur et, à défaut d’y parvenir, maintenir ou retourner les analyses vers les laboratoires associés;

Prévoir des plans de contingence détaillés pour les laboratoires de chaque grappe afin de disposer d’une solution de rechange concrète et réaliste en cas de débordement au laboratoire serveur ou de bris de service.

Moratoire sur toute nouvelle construction en lien avec la démarche OPTILAB

  • Décréter un moratoire sur toute nouvelle construction en lien avec la démarche OPTILAB jusqu’à la réalisation des conditions suivantes:

  1. Faire la démonstration des gains financiers et d’efficacité découlant de la centralisation;
  2. Respecter les conditions formulées avant de procéder à tout transfert d’analyses;
  3. Démontrer la faisabilité des transferts de personnel dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre;
  4. Rendre les informations que nous venons de nommer disponibles en temps opportun aux parties concernées, incluant les organisations syndicales, afin qu’elles puissent les analyser et attester que toutes les conditions sont effectivement réunies pour permettre et justifier le déploiement;
  5. Réviser dans les meilleurs délais les menus d’analyses destinés au laboratoire serveur afin de tenir compte de la nécessité d’assurer un service de proximité à la population.
  • Si des analyses sont retournées ou maintenues dans les laboratoire associés en dérogation du menu d’analyses initial, s’assurer que les laboratoires associés en question disposent des ressources nécessaires (machines, matériel et effectifs) pour assumer de nouveau ces analyses, et ce, de façon optimale.

Comment en savoir plus sur le sujet ?

Pour toute information supplémentaire, nous vous invitons à communiquer avec l’APTS au sotep@aptsq.com.

 

Événements passés 

SEMAINE DU LABORATOIRE

Lors de la Semaine du laboratoire médical, nous avons invité nos membres travaillant dans ce secteur crucial à prendre la parole sur les réseaux sociaux afin d’exprimer en quoi leur expertise fait la différence pour les personnes usagères, en utilisant le mot-clic #monexpertisecompte. 

En savoir plus 

YouTube I Facebook I Instagram 

 

 

L'APTS a aussi présenté un webinaire ayant pour thème OPTILAB : L’APTS en action pour l’avenir des laboratoires.

Propos : Retour sur les origines de la réforme OPTILAB ainsi que sur dix ans de mobilisation de l’APTS pour freiner le rouleau compresseur ministériel.

REVOIR LE WEBINAIRE

 

 

Nous utilisons des fichiers témoins (cookies) pour améliorer votre expérience de navigation. Vous pouvez refuser les cookies en modifiant les paramètres de votre navigateur web en tout temps. Des informations complémentaires se trouvent dans notre politique sur la protection des données personnelles.

J’accepte