J O U R N É E S  D E  L A  P S Y C H O É D U C A T I O N >>

English
Menu

Actualité

Abolition des congés mobiles de psychiatrie | Le CISSS de la Montérégie-Est sabre dans les conditions de travail de ses employé·e·s

19 juin 2023

Image Abolition des congés mobiles de psychiatrie | Le CISSS de la Montérégie-Est sabre dans les conditions de travail de ses employé·e·s

Longueuil - L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) de la Montérégie-Est dénonce vigoureusement les mesures prises par le CISSS de la Montérégie-Est d’abolir les congés mobiles de psychiatrie en les transformant en prime de 2,2 %. Ces congés supplémentaires étaient offerts depuis plusieurs années aux travailleur·euse·s qui œuvrent avec une clientèle ayant des problèmes graves de psychiatrie. Le 15 mai dernier, l’employeur a annoncé dans une note de service que ces congés seront convertis en prime à la paie suivante.

« Le gouvernement se targue d’être un employeur de choix et de déployer plusieurs stratégies pour attirer des travailleur·euse·s en Montérégie-Est mais il coupe dans une mesure de rétention qui est primordiale pour la réduction du stress et de l’épuisement professionnel chez ses salarié·e·s, qui ont un travail très exigeant émotionnellement. De plus, la manière cavalière dont l’annonce a été faite, sans rencontrer les gens concernés, démontre un manque flagrant de reconnaissance et une minimisation de l’importance de ces congés dans la vie des travailleur·euse·s », dénonce Joëlle Lavoie-Vigeant, représentante nationale de l’APTS en Montérégie-Est.

Cette réinterprétation en faveur de l’employeur d’une mesure de la convention collective appliquée depuis de nombreuses années sera un obstacle supplémentaire à l’attraction de nouveaux·elles intervenant·e·s dans un contexte où les remplacements et les postes sont difficiles à combler. Cela fragilise également encore plus la capacité de rétention du personnel et certain·e·s envisageront de changer de poste.

En effet, l’impact de cette décision est énorme pour ces travailleur·euse·s, qui font de la qualité des services en santé mentale une priorité. Ce changement de cap est perçu comme un manque de reconnaissance de leur engagement et de leur dévouement envers les usager·ère·s. L’employeur doit réaliser que ces congés sont primordiaux pour maintenir la santé mentale des intervenant·e·s et, ainsi, s’assurer d’offrir à la population des services adéquats. Nos membres ressentent un mélange de frustration, d’injustice et de démotivation. Le CISSS doit agir, et vite!

Sous le couvert de l’anonymat, plusieurs travailleur·euse·s ont tenu à s’exprimer sur la question :

« Nous faire travailler encore plus contribue à l'épuisement et cela risque, à moyen et à court terme, de causer des absences plus longues, comme des arrêts de travail. Ce n'est donc pas avantageux pour l’employeur de nous retirer ces congés. »

« C'est très frustrant de sentir un manque de reconnaissance de nos conditions de travail en psychiatrie et de vivre une perte de condition de travail! Surtout que le ministre annonce sur tous les toits qu'il veut être un employeur de choix et offrir de bonnes conditions à ses travailleur·euse·s. » 

« Des coupures comme celle-ci contribuent à l'exode vers le privé et aux difficultés d'attraction et de rétention du personnel, déjà très problématiques. »

« Il ne faut pas négliger la pouvoir de rétention de ces congés. Pour ma part, leur retrait m'a incité à poser ma candidature pour un poste complètement différent. Je me dis désormais que ''je n'ai plus rien à perdre''. Cinq jours de congés de plus, c'est très important dans la qualité de vie d'une personne salariée. Son retrait représente pour moi une claque au visage de la part de la direction, qui ignore carrément notre mission hospitalière. C'est, une fois de plus, un décalage entre ce qu'on fait sur le terrain et la compréhension de nos dirigeants. »

En conclusion : « Le CISSS de la Montérégie-Est doit revenir sur cette décision à cause de son impact sur ses travailleur·euse·s et pour respecter son engagement d’être un employeur de choix », a affirmé Joëlle Lavoie-Vigeant, représentante nationale de l’APTS en Montérégie-Est.

À propos de l’APTS

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) regroupe et représente plus de 65 000 membres qui jouent un rôle indispensable au bon fonctionnement des établissements du réseau. Dont 3800 en Montérégie-Est Nos gens offrent une multitude de services en matière de diagnostic, de réadaptation, de nutrition, d’intervention psychosociale et de soutien clinique et de prévention, autant de services qui s’adressent à l’ensemble de la population.

Nous utilisons des fichiers témoins (cookies) pour améliorer votre expérience de navigation. Vous pouvez refuser les cookies en modifiant les paramètres de votre navigateur web en tout temps. Des informations complémentaires se trouvent dans notre politique sur la protection des données personnelles.

J’accepte