M O I S  D E  L ' O U Ï E  E T  D E  L A  C O M M U N I C A T I O N  >>

English
Menu

Actualité

Budget 2023-2024 | L’APTS dénonce des baisses d’impôt électoralistes, au détriment des services publics

21 mars 2023

Image Budget 2023-2024 | L’APTS dénonce des baisses d’impôt électoralistes, au détriment des services publics

Québec – L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) dénonce vigoureusement les mesures présentées par le ministre des Finances, Éric Girard, dans son discours sur le budget 2023-2024, à commencer par les 9,2 G$ en baisses d’impôt sur cinq ans qui bénéficieront davantage aux plus fortuné·e·s au lieu d’être investis dans les services à la population.

« Alors que les services publics sont en péril dans toutes les régions, le gouvernement annonce près d’une dizaine de milliards de dollars en baisses d’impôt, puisés dans les versements au Fonds des générations. C’est un non-sens. Pire, c’est une insulte supplémentaire pour ses propres salarié·e·s, à qui il demande toujours de se serrer la ceinture en leur offrant des augmentations salariales inférieures à l’inflation qu’il prévoit pour les prochaines années », dénonce Robert Comeau, président de l’APTS.

Pour l’organisation syndicale, cette suspension des versements devrait financer des services et des actifs collectifs plutôt que des baisses d’impôt électoralistes. Ce geste démontre la vision à court terme du gouvernement Legault, alors que les réseaux publics nécessitent un réinvestissement massif. Pour préserver et pérenniser les services à la population, l’APTS recommande que le gouvernement mette en place un bouclier budgétaire afin d’éviter de nouveaux cycles de compression mettant à mal le réseau de la santé et des services sociaux au moindre soubresaut de l’économie.

« La pandémie a démontré la fragilité de nos services publics. Alors qu’on peine à attirer et à retenir des gens pour offrir des soins et des services à la population, le gouvernement ne peut se priver des ressources à sa disposition sans démarrer un nouveau cycle d’austérité. On a déjà joué dans ce film-là, il est temps de nous donner un outil pour garantir le financement de notre réseau public », martèle Robert Comeau.

Santé mentale et protection de la jeunesse

L’annonce de 27 M$ de dollars par année pour améliorer l’accès aux soins et services en santé mentale - ainsi que de 22 M$ par année pour le soutien aux jeunes en difficulté et la mise œuvre des recommandations de la Commission Laurent - mérite d’être soulignée, mais l’APTS insiste sur la nécessité de connaître les plans de déploiement de ces nouvelles mesures, qui restent à définir.

« Les intervenant·e·s en protection de la jeunesse et en santé mentale ont grandement besoin de nouvelles ressources. Ces investissements constituent un pas dans la bonne direction, mais le budget est avare de détails. Nous demandons au gouvernement d’annoncer ses couleurs rapidement sur la façon dont ces engagements seront concrétisés pour améliorer véritablement l’accessibilité aux services. Dans le contexte actuel de pénurie de main-d’œuvre, les sommes annoncées risquent fort d’être un coup d’épée dans l’eau si elles ne sont pas accompagnées d’améliorations au niveau des conditions et de l’organisation du travail », conclut le président de l’APTS.

À propos de l’APTS

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) regroupe et représente plus de 65 000 membres qui jouent un rôle indispensable au bon fonctionnement des établissements du réseau. Nos gens offrent une multitude de services en matière de diagnostic, de réadaptation, de nutrition, d’intervention psychosociale et de soutien clinique et de prévention, autant de services qui s’adressent à l’ensemble de la population.

Nous utilisons des fichiers témoins (cookies) pour améliorer votre expérience de navigation. Vous pouvez refuser les cookies en modifiant les paramètres de votre navigateur web en tout temps. Des informations complémentaires se trouvent dans notre politique sur la protection des données personnelles.

J’accepte