English
Menu

Actualité

L’APTS revendique plus de mesures de sécurité pour le personnel des centres jeunesse des Laurentides

19 mai 2022

Image L’APTS revendique plus de mesures de sécurité pour le personnel des centres jeunesse des Laurentides

Saint-Jérôme – L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) est très inquiète pour la sécurité du personnel des centres jeunesse des Laurentides alors que des armes ont récemment été découvertes parmi les effets personnels de jeunes hébergé·e·s dans ces établissements. L’organisation syndicale dénonce également le manque de considération sidérant du CISSS, qui n’entend pas mettre en place de mesures de sécurité supplémentaires.

« Les intervenant·e·s en centres jeunesse sont extrêmement inquiet·ète·s, avec raison, et l’on doit veiller à leur sécurité pour qu’ils et elles puissent se dédier à l’accompagnement des jeunes qui évoluent dans nos services. En plus de la surcharge, va-t-on maintenant leur demander de travailler la peur au ventre? De devoir désamorcer des situations avec des jeunes ayant des couteaux dans leur chambre? Force est de constater que le CISSS manque à ses obligations légales en matière de santé et de sécurité du travail et que ses dirigeants ne prennent pas au sérieux la détresse du personnel. On ne doit pas attendre qu’un·e éducateur·trice ou un·e adolescent·e soit gravement blessé·e, ou pire, pour agir » souligne Marie-Ève Meilleur, représentante nationale de l’APTS dans les Laurentides.

Parmi les solutions à mettre en place immédiatement, l’APTS souligne l’importance de faire l’achat et l’installation de portiques détecteurs de métaux à l’entrée des campus et de permettre aux agent·e·s de sécurité de fouiller systématiquement les jeunes lorsqu’il y a un doute raisonnable que celui·celle-ci dissimule une arme sur sa personne - sans avoir à obtenir préalablement l’autorisation de gestionnaires qui n’accordent pas à ces situations tout le sérieux qu’elles méritent.

« Les gestionnaires des campus des centres jeunesse doivent prendre toute la mesure du danger auquel s’exposent les intervenant·e·s en travaillant auprès de jeunes qui vivent des difficultés et proviennent parfois de milieux où ils et elles ont connu de la violence. Il n’y a pas de grandes ou de petites agressions. Tout doit être mis en place pour assurer la sécurité du personnel et des jeunes dont nous avons la responsabilité » conclut Catherine Bonneville, directrice de la direction jeunesse à l’exécutif local de l’APTS au CISSS des Laurentides.

À propos de l’APTS

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) regroupe et représente plus de 65 000 membres qui jouent un rôle indispensable au bon fonctionnement des établissements du réseau, dont plus de 4 500 dans les Laurentides. Nos gens offrent une multitude de services en matière de diagnostic, de réadaptation, de nutrition, d’intervention psychosociale et de soutien clinique et de prévention, autant de services qui s’adressent à l’ensemble de la population.