M O I S  D E  L A  S A N T É  A U  T R A V A I L >>>

English
Menu

Actualité

Pénurie de main-d’œuvre dans le réseau de la santé | L’APTS participe à des états généraux sur l’avenir des laboratoires biomédicaux

23 septembre 2021

Montréal – L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux a participé hier à des états généraux convoqués par l’Ordre professionnel des technologistes médicaux du Québec (OPTMQ) pour discuter de la pénurie de main-d’œuvre dans les laboratoires biomédicaux. L’APTS, qui représente plus de 6 300 membres travaillant dans les laboratoires biomédicaux du secteur public, se réjouit que ces états généraux aient permis d’obtenir un consensus pour reconnaître l’urgence d’agir et d’attirer davantage de personnel qualifié dans ces laboratoires.

« Alors que le gouvernement finalise son plan pour rendre la profession d’infirmière plus attirante, une autre pénurie de personnel affecte le réseau de la santé. Dans les hôpitaux du Québec, 85 % des décisions médicales sont basées sur des analyses de laboratoire. Si on veut des hôpitaux de qualité, il faut s’assurer que les postes en laboratoire sont bien pourvus. Ça implique nécessairement de miser sur l’amélioration des conditions de travail pour favoriser l’attraction et la rétention du personnel », plaide Josée Fréchette, 5e vice-présidente de l’APTS.

Paradoxalement, le gouvernement affirme publiquement depuis des années qu’une baisse du nombre de postes dans les laboratoires est à prévoir. Cette publicité négative a entraîné une diminution marquée des inscriptions dans les programmes d’études menant à un poste dans ce domaine. De plus, la majorité du personnel de laboratoire est épuisé ou désengagé en raison du rythme de travail imposé depuis des mois.

Des états généraux précipités

L’APTS s’inquiète toutefois de la vitesse à laquelle ces états généraux ont été convoqués. Ainsi, les propres membres de l’OPTMQ ont été informé·e·s de la date de l’événement deux jours seulement avant son déroulement. De plus, le cahier du participant ne contient aucune statistique pour mesurer l’ampleur des besoins de main-d’œuvre dans les laboratoires. « Rappelons que l’APTS réclame au gouvernement ses données de planification de la main-d’œuvre depuis 2016, en vain. Il est en mesure de chiffrer le nombre d’infirmières manquantes. Pourquoi ne peut-il pas faire le même exercice pour le personnel de laboratoire? » s’interroge Josée Fréchette.

Pour être en mesure de maintenir des laboratoires publics de qualité, l’APTS considère qu’un plan d’action complet et concret passera indiscutablement par une reconnaissance des professions concernées et une amélioration de leurs conditions de pratique. « Notre organisation dénonce la pénurie de main-d’œuvre dans les laboratoires depuis des années. On ne pourra certainement pas régler ce problème avec des états généraux annoncés à la dernière minute. Néanmoins, on sait bien que la première étape pour régler un problème, c’est d’en admettre l’existence », conclut la 5e vice-présidente de l’APTS.

À propos de l’APTS

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) regroupe et représente quelque 60 000 membres qui jouent un rôle indispensable au bon fonctionnement des établissements du réseau. Nos gens offrent une multitude de services en matière de diagnostic, de réadaptation, de nutrition, d’intervention psychosociale et de soutien clinique et de prévention, autant de services qui s’adressent à l’ensemble de la population.